La Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) a rendu, le 11 avril 2019, son verdict dans l’affaire  « les clubs de football membres de la FECAFOOT contre FECAFOOT » dans laquelle les premiers demandaient l’annulation du processus électoral ayant conduit à l’élection de l’exécutif actuel de la FECAFOOT, présidé par Seidou Mbombo Njoya. Les arbitres de la CCA se sont déclarés incompétents, ce qui revient à dire qu’ils ont débouté les clubs membres de la FECAFOOT dans leur requête. Par cet acte, la CCA confirme la validité du processus électoral mené par le Comité de Normalisation de la FECAFOOT et la légitimité de l’élection du Comité Exécutif du 12 décembre 2018 à Mbankomo.

Un aperçu de la team Fecafoot dans l’attente du verdict de la Chambre de conciliation et d’arbitrage

Les arbitres de la CCA ont suivi les exceptions soulevées par le conseil de la FECAFOOT, notamment la violation du principe de l’immutabilité du litige. En effet, les clubs de football ont saisi la CCA le 25 octobre 2018 pour contester les résolutions de l’Assemblée générale de la FECAFOOT prises lors de sa session extraordinaire du 10 octobre 2018. Mais cette demande a muté tout au long de la procédure pour se muer en requête d’annulation des élections. Ce que la CCA a condamné.

Par ailleurs, plusieurs clubs demandeurs n’avaient pas qualité pour agir, notamment parce qu’ils n’avaient pas pris part aux activités sportives dans leurs ligues au cours de l’année querellée, sans compter ceux qui ne sont pas reconnus parce que non inscrits dans les fichiers de la FECAFOOT ou de disposant pas un nombre suffisant de licenciés. De plus, plusieurs représentants de clubs membres de la FECAFOOT ont saisi la CCA pour dénoncer des prétendus mandats qu’ils auraient donnés à Me Wamba Makollo Georges, avocat, pour les représenter. A la vérité, contrairement à ce qui a toujours été proclamé par les demandeurs, leur plainte n’était pas soutenu par 110 clubs, mais par une vingtaine.

La team Fecafoot exprime sa joie après le verdict de la CCA

Enfin, la CCA a condamné le non épuisement par les demandeurs des voies de recours internes à la FECAFOOT avant de porter le litige devant la CCA. Ce qui est une exigence de la loi du 11 juillet 2018 portant organisation et promotion des activités physiques et sportives du Cameroun. En effet, les clubs demandeurs auraient dû saisir avant la commission de recours de la FECAFOOT.

La sentence rendue par la CCA ramène un air de sérénité au sein de la FECAFOOT, empêtrée dans une interminable crise depuis plus de six ans. Une bonne nouvelle pour le football camerounais au moment où se préparent de grandes campagnes de coupe du monde et de coupe d’Afrique des Nations en juin 2019.

La collégialité des arbitres de la Chambre de conciliation et d’arbitrage au moment de la lecture du verdict