Les tout frais vainqueurs de la CAN U17 Tanzanie 2019 ont été célébrés par les populations et les autorités massivement mobilisées lundi 29 avril 2019.

La pluie. Une forte pluie. Mais quel accueil chaleureux ! Yaoundé n’a nullement eu cure de l’averse qui l’a traversée quelques heures avant l’atterrissage de l’avion ayant à son bord la délégation camerounaise de retour de la CAN U17. Nous sommes lundi 29 avril 2019. La magie de la technologie a vaincu les éléments de la nature. Le vol d’Ethiopian Airlines a atterri. Les héros de Dar es Salaam sont de retour chez eux. Dans les bras, le trophée tant disputé de la CAN U17, qu’ils ont remporté de haute lutte dans une finale à suspense, à l’issue d’une épreuve de tirs aux buts bien maîtrisée.

La reconnaissance du pays n’a pas tardé à se manifester par une importante mobilisation pour l’accueil à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen, et tout le long de l’itinéraire qui a conduit l’équipe à son repaire de l’hôtel Mansel. Le gouverneur Naseri Paul Bea et le premier vice-président de la FECAFOOT Alim Aboubakar Konate étaient à la sortie de l’avion pour la réception du ministre des Sports Narcisse Mouelle Kombi, du président de la FECAFOOT Seidou Mbombo Njoya et de l’équipe nationale des U17 et son staff dirigé par le coach Thomas Libiih.

Dès la salle d’honneur de l’aéroport, le capitaine Fabrice Ndzié et ses coéquipiers ont ressenti toute la joie dont ils ont rempli le cœur des Camerounais. La presse, les hôtesses, les membres du comité exécutif de la FECAFOOT, le DTN Serge Noah puis, à l’extérieur, les groupes de danse et les nombreux fans ayant fait le déplacement de Nsimalen. Un interminable cortège va s’ébranler pour le centre-ville, avec une jeep de l’armée transportant le coach et le capitaine, brandissant le fameux trophée.

C’est ici que la ferveur populaire va le plus se ressentir, avec des populations qui, malgré un temps particulièrement maussade et quelques gouttes de pluie qui s’obstinaient à arroser Yaoundé, étaient présentes en nombre à quasiment tous les carrefours et ronds-points de la capitale. Des élèves, des groupes de danse, des curieux, des commerçants, etc. il ne manquait personne dans les rues. Des Lions indomptables en communion avec tout un peuple. Le Cameroun tel qu’il est vraiment, tel qu’on aime le voir.

Jusqu’à l’hôtel Mansel, où l’équipe loge depuis lundi, en attendant d’être éventuellement reçue au palais de l’Unité.