Thomas Libiih et son groupe se méfient de la Guinée mais restent confiants.


A deux jours de la finale qui oppose le Cameroun à la Guinée, les Lions cadets ont effectué, leur avant-dernière séance dentraînement cette après-midi au Gymkhana Club de Dar es Salaam.

Cette séance dentraînement était essentiellement axée sur le jeu collectif et la possession du ballon. Les gardiens de but, pour leur part, ont mis laccent sur les relances de jeu.


Le staff technique a également profité de loccasion pour demander à nouveau aux joueurs doublier le match du 15 avril dernier. Ce match, le premier du groupe B, qui mettait déjà aux prises Camerounais et Guinéens et qui avait tourné à lavantage des Camerounais sur le score de 2 buts à zéro.

Thomas Libiih n’a de cesse de répéter à ses poulains que « le match de dimanche sera un tout autre match. Un match très compliqué, rude, qui va se jouer sur le mental, la concentration et les détails».
Toutefois dit-il, «Si les petits se lèvent du bon pied dimanche, on naura pas de soucis à se faire».


Les joueurs eux disent navoir qu’un seul objectif « la victoire ». Ils savent que pour y arriver il faudra batailler ferme.
« Nous sommes concentrés. Nous savons que cest un match qui va être très disputé, quil y aura beaucoup dimpacts physiques. Cela va donc nous demander beaucoup de sérieux, beaucoup de concentration si nous voulons avoir la victoire» déclare Ben Ahmed Ndongo.


A mesure que l’on se rapproche de dimanche, il va sen dire que la pression monte. Et pour que rien ne détourne Thomas Libiih et ses protégés de leur objectif qui est de sortir indemne du piège guinéen, le président de la FECAFOOT, Seidou Mbombo Njoya et le ministre des Sports et de lEducation physique, Narcisse Mouelle Kombi, sont aux cotés du groupe. Ils ont à plusieurs reprises rencontré les joueurs et les encadreurs. Et à chaque fois, ils leurs ont transmis les messages de soutien et dencouragement du peuple camerounais.

A 48 heures du Jour J, cest le calme et la sérénité qui règne dans la tanière des Lions U17. Et, les bonnes nouvelles qui viennent de Yaoundé boostent un peu plus le moral des enfants. Une seule phrase est désormais sur toutes les lèvres : «on ramène la coupe à la maison».