Fédération Camerounaise de Football
Communiqué Relatif à la Préparation de la CAN 2019
La Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) a pris connaissance, avec une profonde consternation, des récentes déclarations du Président de la Confédération Africaine de Football, tenues lors d’une conférence de presse au Burkina Faso, selon lesquelles « en l’état actuel des choses, aucun site au Cameroun n’est en mesure d’accueillir la Coupe d’Afrique des Nations de football ».
La FECAFOOT est vivement préoccupée par le fait que ces propos soient tenus avant même que la première mission d’inspection de la CAF, prévue du 20 au 28 août 2017, n’ait effectué le déplacement du Cameroun. On serait en droit de s’interroger sur l’opportunité même de cette visite d’inspection dès lors que les résultats semblent déjà arrêtés au niveau le plus élevé de la CAF.
La FECAFOOT est d’autant plus préoccupée que ces déclarations du Président de la CAF ne sont pas conformes à la réalité. En effet, le Cameroun vient d’organiser, avec un succès indéniable, la Coupe d’Afrique des Nations féminine 2016. Cette compétition s’est déroulée sans la moindre anicroche sur les sites de Yaoundé-Mfandena et de Buéa/Limbé, lesquels ont également été retenus pour abriter la CAN masculine 2019. Faut-il le rappeler, l’excellente organisation de cette CAN féminine, a valu au Cameroun, outre une lettre de félicitations de la CAF, le prix « Coup de Cœur du Jury » décerné en avril 2017 à Cannes lors des Heavent Awards, cérémonie qui récompense les meilleures prestations événementielles à travers le monde.
Pour ce qui concerne la CAN 2019, la FECAFOOT tient à rappeler que le Cameroun, sur la base du cahier de charges convenu avec la CAF, a lancé un vaste programme de construction et de réhabilitation de ses infrastructures sportives, évalué à des centaines de milliards de francs CFA. Le Cameroun bénéficie pour cela, d’importants concours financiers de pays amis, en l’occurrence :
-      l'Italie, pour la construction, par la société PICCINI, du complexe sportif d’Olembé qui comprend notamment un stade couvert de 60.000 places et deux stades d’entraînement, diverses facilités sportives et un hôtel quatre étoiles de soixante dix chambres… ;
-      la Turquie, pour la construction, par la société YENIGUN, du complexe sportif de Japoma qui comprend notamment un stade couvert de 50.000 places et deux stades d’entraînement, diverses facilités sportives et des structures d’hébergement de soixante-dix chambres…;
 -      le Canada, pour la réhabilitation, par la société SODEVI, du Stade de la Réunification et d’un stade annexe, ainsi que quatre terrains d’entraînement à Bafoussam ;
-      la France, pour la réhabilitation, par la société ALCOR, des Stades de Mbappe Lepe et de Bonamoussadi ;
-      le Royaume-Uni, pour la réhabilitation, par la société MOTA ENGIL, du Stade Roumde Adjia de Garoua, ainsi que la construction d’un stade annexe et d’un hôtel quatre étoiles de soixante dix chambres ;
-      les Etats-Unis d’Amérique, pour la réhabilitation par la société PRIME POTOMAC, de quatre stades d’entraînement, de l’Hôtel La Bénoué et la construction d’un hôtel quatre étoiles de soixante dix chambres ;
-      la Chine, pour la construction déjà effective des Stades Omnisports de Limbé et de Bafoussam, homologués par la CAF.
La FECAFOOT peut également s’enorgueillir, outre le soutien de ces pays amis et sociétés partenaires, de l’entière adhésion des populations camerounaises au projet d’organisation de la CAN 2019.
Il est difficile, après les propos sus-évoqués du Président de la CAF, de ne pas prêter attention aux rumeurs persistantes sur l’existence d’une conspiration visant à retirer au Cameroun l’organisation de la CAN 2019 au profit d’un autre pays :
-      il est en effet particulièrement curieux qu’il ait été décidé que les réformes récentes opérées dans l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football, s’appliquent immédiatement pour la CAN 2019. Une telle situation, qui remet unilatéralement en cause le cahier de charges précédemment conclu entre le Cameroun et la CAF, équivaut à un changement des règles du jeu en cours de match. Pourtant, une jurisprudence constante veut que les modifications dans le déroulement d’une compétition ne s’appliquent pas à celle devant être organisée immédiatement après leur adoption. A titre d’exemple, la décision du Conseil de la FIFA de changer le format de la Coupe du Monde, passant de 32 à 48 équipes, ne s’appliquera ni à la Russie en 2018, ni au Qatar en 2022 ;
-      il est également curieux que la date de la première mission d’inspection de la CAF ait été unilatéralement changée, passant de Septembre à Août 2017 sans préavis ;
-      d’où vient-il de plus que deux ans avant une compétition, une campagne d’intoxication et de désinformation soit engagée pour dire que le Cameroun ne sera pas prêt en dépit des efforts déployés sur le terrain et des assurances du Gouvernement camerounais.
La FECAFOOT tient à redire qu’après l’élection du Président AHMAD AHMAD, elle l’a assuré de son entière disponibilité à travailler de manière constructive avec lui pour le développement du football africain. La FECAFOOT continue à espérer qu’au cours de son mandat, le Président de la CAF aura à cœur de travailler au bénéfice de tous les pays africains et non contre certains d’entre eux. La FECAFOOT observera désormais avec une vigilance accrue, les actions et initiatives de l’instance faîtière du football africain relativement à l’organisation de la CAN 2019.
Nonobstant les curiosités sus-énumérées, la FECAFOOT accueillera avec un esprit constructif toutes les missions d’inspection de la CAF. La FECAFOOT, avec le plein soutien du Gouvernement et du Peuple Camerounais, réaffirme solennellement que le Cameroun sera prêt pour l’organisation de la CAN 2019. La FECAFOOT entend à cet égard tout mettre en œuvre, de concert avec la CAF, pour l’organisation sereine de cette grande et belle fête du football africain qui se déroulera en 2019 au Cameroun, Afrique en miniature./-
Yaoundé, le 7 août 2017
 (é)
Le Président de la Fédération
Camerounaise de Football
 TOMBI A ROKO