Fédération Camerounaise de Football
COMMUNIQUE RADIO PRESSE

Le Président de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun a signé le dimanche 17 janvier 2016, un communiqué faisant état de ce que le chèque Commercial Bank of Cameroon (CBC) émis par la FECAFOOT, d’un montant de 100 000 000 (cent millions) FCFA représentant la première tranche de la subvention de 410 000 000 (quatre cent dix millions) FCFA versée annuellement à la Ligue, est rentré  impayé du fait, selon la Ligue, « des raisons techniques ».

Des renseignements recueillis auprès des banques, il ressort que cette situation est due aux nouveaux règlements de la COBAC suivant lesquels les paiements d’un montant égal ou supérieur à 100 000 000 (cent millions) FCFA ne peuvent plus être effectués par chèque, mais uniquement par virement. Ces règlements n’ont pas encore été notifiés à la Fédération.

La FECAFOOT s’interroge sur le sens de la démarche de la Ligue qui, plutôt que de se rapprocher de la Fédération pour régulariser une situation qui, du reste, ne posait pas de problème majeur, a choisi la voie des médias en omettant toutefois de leur donner l’information exacte. Toutes choses de nature à semer le trouble dans l’opinion, voire à discréditer la FECAFOOT. Attitudes et actions regrettables complètement aux antipodes de l’idéal de bonne collaboration attendu de cette entité qui est sub-délégataire de service auprès de la FECAFOOT.

Ce déficit de bonne collaboration ne pourra être considéré comme une raison valable pour différer une fois de plus le démarrage des championnats professionnels.

C’est le lieu de relever que cinq (05) ans après sa création, la Ligue devrait pouvoir générer ses ressources propres sans attendre des subventions de la FECAFOOT, d’autant qu’il est communément admis que ce sont les Ligues professionnelles qui allouent des subventions aux fédérations pour le développement du football amateur.

En tout état de cause, la FECAFOOT se réserve le droit de tirer toutes les conséquences qui en découleraient.

Fait à Yaoundé, le 18 Janvier 2016

(é)

LE SECRETAIRE GENERAL ADJOINT

EBODE TSANGA Patrick Eugène